Ces temps-ci, je m’intéresse beaucoup à comprendre pourquoi j’ai toujours eu ce besoin de vouloir posséder des choses. On sait tous qu’on ne peut pas acheter le bonheur, mais peut-on le posséder?

Collectionner les collections

J’ai toujours aimé avoir plein de choses à moi! Ma chambre chez mes parents était remplie à craquer de différents items que j’aimais posséder. J’ai d’ailleurs toujours aimé collectionner! J’ai eu une collection de crayons, de timbres, d’effaces, de casquettes, de figurines de chevaux, de rondelles de hockey, de cartes de hockey, etc. Pourquoi je collectionnais tout ça? Honnêtement, je ne le sais pas! J’aimais ça, tout simplement.

Puis, dans ma vie d’adulte, j’ai continué de vouloir me procurer plus de biens pour meubler mon appartement. Ce besoin de posséder allait en grandissant; il y avait toujours quelque chose qu’il me manquait, je n’arrivais jamais à obtenir tout ce qu’il me fallait pour me sentir satisfait. Je recherchais ce sentiment de satisfaction où j’aurais pu me dire: « Bon, ça y est! J’ai tout ce que je veux. »

Au contraire, à force de me procurer des biens, j’en désirais encore plus! Je venais tout juste d’obtenir quelque chose que je réfléchissais déjà à ce qu’il me manquait! Pour chaque bien que je me procurais, deux autres biens apparaissaient dans ma liste de choses à acheter, comme une hydre à qui l’on coupe la tête et qui en repousse deux. Même la majorité de mes rêves commençaient par le verbe « avoir ».

Puis, je voulais un appartement plus grand. Je ne sais pas si c’est parce que j’avais accumulé trop de biens pour mon logement ou si je voulais un plus gros logement pour accumuler encore plus de biens, mais pour moi, il fallait que chaque nouvel appartement possède une pièce de plus que le précédent.

Il me le faut! À tout prix!

Je me suis remis à collectionner; des collections impossibles à terminer. Le meilleur exemple: les jeux vidéo. Pour chaque jeu que j’achetais, deux nouveaux sortaient et il me les fallait absolument! Et quand je dis absolument, c’est ABSOLUMENT! J’ai même réalisé un jour que le bonheur que j’avais à me procurer un jeu était supérieur à celui que j’avais d’y jouer! Si j’avais un après-midi de libre, bien souvent je préférais aller m’acheter de nouveaux jeux que de prendre le temps de jouer à ceux que j’avais déjà! Simplement savoir que je possédais ce jeu me satisfaisait, même pas besoin d’y jouer.

Mon besoin de posséder s’est même étendu jusqu’à l’intérieur des jeux eux-mêmes! Dans plusieurs jeux, j’étais encouragé à obtenir des objets plus performants ou à débloquer des objets de collection, liés à ma progression. Je me suis donc mis à vouloir des objets spéciaux pour mon personnage, des monstres rares, des items légendaires, etc. Je devais les posséder virtuellement!

Je me suis vite rendu compte qu’il me manquait d’argent pour tout acheter! Je voulais donc plus d’argent! J’étais donc prêt à travailler plus! Je rêvais également d’un plus gros salaire!

Puis, je me suis mis à manquer de temps. Tout mon temps libre était consacré à rêver, désirer et acheter de nouveaux besoins. Je n’avais même plus le temps de profiter de mes achats!

Chez moi, j’estime qu’il y avait 75% de mes possessions que je n’utilisais pas. 75% de tous mes objets n’existaient que pour me rassurer de les avoir!

Bon, ça y est! J’ai tout ce que je veux.

J’ai changé ma façon de voir les choses et maintenant, au lieu de vouloir plus, je désire posséder moins. Je me suis débarrassé de près de 50% de ce que je possédais, mais je dois avouer que j’ai encore, à ce jour, près de 20 jeux vidéo non-déballés, que j’ai achetés il y a plusieurs années pour un jour y jouer. Ironiquement, je suis encore incapable de m’en départir! Plus les années avancent, moins grandes sont les chances que j’y jouerai un jour, mais malgré tout, le fait de les avoir me rassure! Pourquoi? La réponse est simple:

Au cas où…

(À suivre)